L’attachement affectif à un quartier

Le Réservoir à souvenirs – Nîmes

  • Dates :  du 04 janvier au 31 mai 2013
  • Acteurs : étrangeOrdinaire – Mairie de Nîmes
  • Sujet : Découverte numérique d’un quartier par les récits de ses habitants.

Résumé : Connaissez-vous votre quartier, celui que vous habitez, le quartier de votre ville que vous traversez pour aller travailler, celui d’une ville que vous visitez ? Connaissez-vous son Histoire ? L’histoire, on peut la connaître, elle se trouve dans les livres les guides touristiques. étrangeOrdinaire vous propose de découvrir les petites histoires, celles des habitants, leurs souvenirs. Toutes ces anecdotes que l’on ne peut connaître seulement si on a parlé à Fernande, Olivier, Sonia et qui font l’âme du quartier. Désormais ces souvenirs ont une place et vivent dans le Réservoir à souvenirs.

Le Réservoir à souvenirs c’est ré-enchanter un quartier.

La Vidéo du projet

NOS « ATELIERS »

Des outils pour transformer le quotidien, pour enregistrer le passer et pour imaginer le futur.

La Cartographie affective

Pour avoir une première approche d’un quartier, nous utilisons la cartographie comme outil de collecte de données.  Avec des groupes d’enfants  par exemple cette méthode nous permet de connaître leurs quotidiens et leurs représentations. Chacun d’eux inscrit ses trajets journaliers, les lieux qu’il fréquente, là où il aime jouer, ou au contraire là où il a peur… Nous sortons ensuite dans le quartier muni de cette carte pour raconter les histoires in situ. C’est un moment durant lequel chaque personne peut exprimer son ressenti et les anecdotes qu’elle partage avec le lieu. Cette atelier permet à terme d’avoir une cartographie sensible du quartier.

Les Glitchs de souvenirs

C’est aussi par la pratique de l’outil informatique que nous abordons la notion de souvenir. Le Glitch est une erreur, l’interprétation d’une image par  la machine. Cet atelier s’appuie sur l’idée qu’un souvenir est une histoire altérée par le temps et pour lequel on fait appel à la mémoire. Pour illustrer ce principe nous nous attaquons au code source d’une image. Le code source d’une image permet à la machine de la restituer à l’écran. Nous remplaçons des parties du code par des retranscriptions d’extraits de souvenirs récoltés. La machine interpréte à son tour ce nouveau code et donne à voir une image brouillée par le récit du souvenir.

Promenade Contée

La promenade offre une richesse sur la quantité de souvenirs, car en déambulant dans les lieux, les histoires ressurgissent sans difficulté. Les rues, les maisons, sont des déclencheurs de souvenirs qui reviennent en mémoire. Les souvenirs sont des pensées qui reviennent au premier plan parce qu’on se laisse aller ; la déambulation dans l’espace permet cela. Cela nous permet également de connaître le quartier comme les habitants, des experts du quotidien. Lors de ces promenades, nous sommes géolocalisés et se dessine à la fin une carte de notre promenade avec les photos et commentaires sur les lieux.

Le prototype

Retrouvez le Projet sur la plate-forme du Réservoir à Souvenirs